Line Marlin

FOCUS ECRITURE

Que représente l’écriture dans ta vie ?

Tout simplement un moment d’évasion. C’est aussi un moyen d’expression de mes sentiments et envies. Ainsi, aussi étrange que cela puisse paraître, l’écriture m’apprend à me connaître.

Où trouves-tu l’inspiration ?

Un peu partout. Il suffit d’une discussion, d’une ambiance, d’une image et mon imagination s’active. Souvent ce n’est qu’une scène, mais en tirant sur les fils l’histoire se déroule.

As-tu déjà connu le syndrome de la page blanche ?

Pas vraiment. Parfois je suis bloquée, car je ne sais quelle idée choisir comme point de départ. Généralement, griffonner sur du papier avec un stylo en main débloque la situation. En revanche, je n’écris pas longtemps.

As-tu un rituel d’écriture ? Un endroit fétiche pour pianoter ?

J’essaie, mais ce n’est pas facile. J’ai une vie assez irrégulière ce qui rend difficile de créer une routine à reproduire quotidiennement. Pour l’instant, je n’ai pas réussi à trouver quelque chose qui me convienne. J’écris dans mon lit, à mon bureau ou dans le TGV, souvent avec une musique en lien avec ce que j’écris pour me mettre dans l’ambiance. Quand je suis chez moi, je me fais une tasse de thé, que je finis par boire froid, car une fois lancée dans l’écriture je ne m’arrête pas.

FOCUS ROMANS

As-tu un chouchou parmi tes romans ?

Toujours mon dernier texte. Quand je regarde mes anciens récits, je les trouve plein d’imperfections. Dans un sens, c’est positif : je progresse.

Quel personnage te ressemble le plus ?

Ils ont tous une petite part de moi, mais celui qui me ressemble le plus doit être Jacques, le protagoniste de « Deux automnes ». Tout en modifiant, l’environnement et les événements qui sont à l’origine de l’intrigue, je me suis beaucoup inspirée de sentiments issus de mon histoire personnelle pour écrire ce livre.

Quel roman as-tu préféré écrire ?

Les deux. Leur écriture fut très différente. « Les Pirates du Tobiuo Noir » est un premier roman, est naît d’une émotion qui avait besoin de sortir et m’a fait découvrir l’expérience de l’autoédition. Pour ce premier, je voulais me prouver que j’en étais capable.

Au contraire, « Deux Automnes » s’est inscrit dans une volonté de travailler mes défauts, d’améliorer mon processus d’écriture et de continuer l’aventure de l’autoédition.

FOCUS AUTOEDITION

Ce qui te plaît le plus ? Le moins ?

J’aime beaucoup la liberté que procure l’autoédition ainsi que l’apprentissage autodidacte. Par ailleurs, je ne suis pas très bonne en communication et je pêche vraiment sur ce point, qui est pourtant capital pour un auteur.rice autoédité.e.

Conseils numéro 1 pour un futur auteur ?

Le numéro 1 de chez numéro 1, c’est d’y croire. Croire en soi et en son projet.

Es-tu auteur à plein temps ? Aimerais-tu vivre de tes romans ?

J’aimerais beaucoup vivre de mes romans. C’est malheureusement loin d’être le cas actuellement.

FOCUS PROJET

Sur quoi travailles-tu en ce moment ?

C’est un peu compliqué. Je travaille sur la refonte des « Pirates du Tobiuo Noir ». Seulement, j’ai eu une année difficile sur le plan médical et professionnel ce qui a pas mal retardé ce projet. Je me rends compte actuellement que je ne pourrais pas le sortir à la période que je souhaitais sans le bâcler. J’en suis venue à la conclusion que je préfère le repousser afin de proposer à mes lecteur.rice.s un travail de qualité. En parallèle, je me consacrerai à des projets de plus petites ampleurs (car l’écriture me manque beaucoup).

Quel est ton objectif 2018 ?

Initialement, sortir la version roman des « Pirates du Tobiuo Noir » et participer à des salons. L’objectif salon est bien avancé, j’ai même mis en place des marchés de l’autoédition sur Pont-à-Mousson. En revanche, j’espère sortir une suite à « Deux automnes » à la place de la refonte des Pirates.

BONUS

En ce moment, quels sont ?

Ta musique préférée : Katteni my soul de DISH. Le dernier opening de Gintama <3

Ton plat préféré : Bonne question… peut-être bien le curry rice.

Ta seconde passion : Le Iaïdô ^^ C’est un art martial japonais centré sur l’utilisation du katana du dégainage au rengainage.

Quel pays rêverais-tu de découvrir : je n’ai pas découvert tout le Japon. Sinon, en pays jamais visité la Mongolie, l’Islande ou le Vietnam.

Ton pécher mignon : Les chamonix, du coup je n’en achète jamais sinon je finis la boîte.